L'éveil

23-11-06

Enuma Elish


Enuma Elish signifie "lorsque là-haut", ce sont  les mots qui ouvrent le récit (c'est ainsi que sont titrées la plupart des oeuvres littéraires mésopotamiennes) de cette épopée de la création du monde.

Il s'agit d' un long poème en sept tablettes, rédigé à Babylone sous le règne de Nabuchodonosor Ier (1124-1103 av.JC) mais dont il ne reste que des exemplaires datant du premier millénaire.

enumaelish

 

 

 

 

 

 

Lorsque Là-haut le ciel n’avait pas encore de nom,
Et qu'Ici-bas la terre ferme n'avait pas de nom,
Seuls Apsû-le premier, (eaux douces) le progéniteur, et Tiâmat, (eaux salées) la génitrice qui les enfantera tous,

 

Mélaient en un seul tout leurs eaux :
Ni bancs de roseaux n'y étaient encore agglomérés,
Ni cannaies n'y étaient discernables.
Des dieux nul n'était encore apparu, ils n'étaient ni appelés de noms ni lotis de destins.

Alors d'Apsu et de Tiamat, dieux des eaux, dans la vase précipitée,  Lahmu et Lahamu ont émergé et leurs noms fut prononcés. A peine grandis, Anshar et Kishar leurs sont nés, les surpassant.
Le ciel et la terre se sont écartés, la où les horizons étaient réunis, afin de séparer le nuage de la vase.
Ils ont passé de longs jours, ils ont ajouté les années aux années jusqu'à ce qu'Anu, le ciel vide, leur fils premier-né, vienne rivaliser avec ses ancêtres. Anshar avait fait son fils Anu pareil à lui-même, et Anu a engendré Nudimmud (Enki / Ea) pareil à lui-même.
Nudimmud-Ea était supérieur à ses ancêtres ; profonde était sa compréhension, il était le plus sage et le plus fort sous l'horizon du ciel. Plus puissant encore qu'Anshar. Il n'avait aucun rival parmi les dieux ses pairs.

Les dieux de cette génération se réunissaient ensembles et la discorde a éclaté parmi leux bien qu'ils aient été des frères. Se battant et cognant dans le ventre de Tiamat, leurs clameurs résonnaient. Ils secouaient le ciel avec leurs danses.
Apsu ne pouvait pas apaiser leur bruit , leur comportement était mauvais et fier.
Mais Tiamat restait toujours inerte jusqu'à ce qu'Apsu, le père des dieux, a appelé Mummu, son vizir, des nuages.
"Cher conseiller, viens avec moi voir Tiamat."
S'étant assis devant Tiamat ils ont parlé ensemble au sujet des jeunes dieux, leurs enfants premiers-nés.
"Leurs nuisances me sont devenues insuportables : je ne peux pas me reposer le jour, et la nuit je ne peux pas dormir. lIs se remuent pour leur compte étant donné que nous, nous n'avons fixé aucune Destinée pour eux. Je les supprimerai et les disperserai ! Ainsi nous aurons enfin la paix et nous pourrons dormir."

Ainsi parlait Apsu à Tiamat, la resplendissante. Elle fut alors irritée, désolée, son coeur travaillé par la passion. Elle a crié terriblement et avec fureur :
"Pourquoi devons nous détruire les enfants que nous avons faits ? Leurs nuisances sont graves, mais nous aurions du les supporter patiemment."
Alors Mummu a conseillé Apsu, et il a parlé avec méchanceté : "Père, ldétruisons ces rebelles : vous aurez le silence pendant la journée et la nuit vous dormirez."
Quand Apsu entendit cela, il a étreint Mummu, son visage s'est allumé de cruauté et il a décidé la destruction des dieux ses fils.
Il a embrassé Mummu, l'a pris par le cou et l'a posé sur ses genoux pour l' embrasser.

Mais cette décision fut connue des dieux leurs fils. La confusion les a alors saisis puis ils sont tombés silencieux, car ils étaient abattus.
Le dieu qui est la source de sagesse, l'intelligence lumineuse qui perçoit les plans, Nudimmud-Ea, sa alors échafaudé un plan.
Il a prononcé le mot qui charme les eaux, il a versé le sommeil sur Apsu de sorte qu'il dorme profondément,. Vaincu par le sommeil, Apsu s'est endormi, les eaux douces se sont endormies. Le vizir Mummu, le conseiller d'Apsu, fut subjugué, défait.
Ea l'a saisi, a desserré sa ceinture, enlevée sa couronne, a emporté son manteau flamboyant de gloire et a placé sur lui-même l'auréole de royauté.
Il a lié et tué Apsu. Il a attaché Mummu et lui a passé une corde au nez.
Aprés avoir vaincu et massacré ses ennemis, Ea a poussé son cri triomphal au-dessus d'eux. Puis il s'est reposé en paix.

Alors il s'est reposé paisiblement à l'intérieur de son domaine. Il a pris possession des eaux de l'Apsu et y a fondé son temple, et sa propre résidence. Et Ea et Damkina, son épouse, y sont demeurés dans la splendour.
Dans la chambre des destins, le hall des conceptions, le plus intelligent des dieux, a été engendré. Dans l'abîme de l'Apsu, Marduk a été créé. Son père Ea l'a engendré, Damkina, sa mère l'a allaité. Fière était sa forme, quand il a ouvert ses yeux de grandes lumières en sont sorties, son pas était majestueux, il était puissant dès le début.

Anu l'a vu, et s'est réjoui ; son coeur a été rempli de joie. Il l'a vu si parfait que sa divinité a été doublée. Exalté parmi les dieux, Sa stature était si grande qu'on ne pouvait l'imaginer.
Quatre étaient ses yeux et sa vue sans limites,.
Quatre étaient ses oreilles, entendant tout.
Sa stature était si grande qu'on ne pouvait l'imaginer,
Ses membres étaient gigantesques, et de sa bouche sortait
un feu flamboyant quand il remuait les lèvres !
Il était fort et portait la gloire de dix dieux, et les éclairs tourbillonnaient autour de lui.
"Mon fils, mon fils, fils du soleil, et soleil du ciel! !'
Anu l'a vêtu du manteau radiant des dieux. Cinq rayons effrayants ont été groupés au-dessus de lui. Anu a créé les quatre vents et les a mis dans la main de Marduk.

Mais les autres dieux n'ont alors plus eu aucun repos, tourmentés par les orages de Marduk, ils ont conspiré secrètement en leurs coeurs. Ils s'approchèrent de Tiamat. À leur mère ils ont dit :
"Ils ont tué Apsu, votre conjoint, et vous n'avez pas remué, vous ne lui avez apporté aucune aide. Maintenant Anu a appelé des quatre  parties du monde ces abominables vents qui font rage, et nous ne pouvons plus nous reposer.
Rappelez-vous Apsu à votre coeur, votre mari, rappelez-vous  Mummu qui a été défait ; maintenant vous êtes toute seul, et êtes dans la désolation, et nous avons perdu votre amour, et nous soupirons aprés la tranquilité. Réveillez-vous notre mère ! Vengez-vous et rendez-les aussi vides que le vent. Vous allez vous convertir en notre force vengeresse et nous marcherons à vos côtés et nous irons au combat".
Ils grondaient et s'accumulaient ainsi autour de Tiamat, jusqu'à que celle-ci, réfléchissant sans cesse, décida de modeler des armes pour ces dieux.

Tiamat les a approuvé, elle a dit, : "J'approuve ce conseil : nous ferons des monstres, et les monstres et les dieux marcheront dans la bataille ensembles contre eux."
Ensemble ils se sont bousculés pour marcher avec Tiamat, tout le jour et la nuit , ils ont hurlé et grogné furieusement, prêt pour la bataille, tandis que la vieille sorcière, la première mère, enfantait une nouvelle couvée.

Elle a engendré d'énormes serpents aux crochets empoisonnés, pleins à craquer du venin, des dragons grondant portant une melannu (halo de lumière) comme des dieux. 
Celui qui voit ces êtres est certain de mourir car quand ils s'élancent, ils ne reviennent jamais en arrière.
Elle a fait le ver rouge géant et furieux (Mushmahhu).
l'aigle léontocéphale Ushumgallu
l'hydre cornue Bashmû
le dragon Mushkhushu
le monstre Lakhamu / Lalimu aux longs cheveux.
le lion géant Ugallu
l'homme-lion Uridimmu (ou chien écumant et terrifiant).
l'homme Scorpion Girtablullu.
l'oiseau-tempète Umu-dabrûtu.
l'homme-poisson Kulili / Kulullu / Kubrillû.
le Kusariku (capricorne).
Il n'y avait aucune pitié en eux, ils ne reculaient jamais dans la bataille, et obéissaient aveuglément aux ordres.
Elle avait créé ces onze monstres invincibles, ensuite parmi ses dieux travailleurs elle désigna Kingu qu'elle éleva au rang de général de son armée.

Elle exalta Kuingu et le constitua comme leur chef, pour prendre la tête de l'armée, pour diriger la troupe, pour mener les armée et déclencher l'attaque, prenant la direction suprême dans le combat.
Elle les remit entre ses mains quand elle le fit asseoir dans l'assemblée :
"Moi j'ai prononcé l'exhortation en ta faveur, en t'exaltant devant l'assemblée des dieux. Tu est magnifique, tu es mon époux ! Que les Annunakis exaltent ton nom au-dessus de tous !"
Elle lui donna les Tablettes du Destin et les fixa à son cou : " Quant à toi, ton commandement ne changera pas, la parole de ta bouche demeurera !"
Ainsi Kingu a reçu l'autorité alors qu'elle appartenait avant à Anu.
Quand son travail de création contre ses enfants a été fini,   Tiamat a commencé les préparations de la guerre.

Ces nouvelles mauvaises nouvelles parvinrent à Ea.
Quand il l'a eu appris il a été assommé, il s'est assis dans le silence et l'obscurité jusqu'à ce que sa fureur soit passée ; alors il s'est tourné vers les autres dieux. Il est allé à Anshar, le père de son père, et lui a dit ce que Tiamat avait décidé,
"Tiamat, notre génitrice nous déteste. Elle a dressé autour d'elle et contre nous les terribles Annunakis que vous avez engendré. Elle a opposé la moitié des dieux contre l'autre moitié. Ensemble ils se sont bousculés pour marcher avec Tiamat, tout le jour et la nuit , ils ont hurlé et grogné furieusement, prêt pour la bataille, tandis que la vieille sorcière, la première mère, enfantait une nouvelle couvée.
Elle a engendré d'énormes serpents aux crochets empoisonnés, pleins à craquer du venin, des dragons grondant portant une melannu (halo de lumière) comme des dieux. 
Celui qui voit ces êtres est certain de mourir car quand ils s'élancent, ils ne reviennent jamais en arrière.
Elle a fait le ver rouge géant et furieux (Mushmahhu).
l'aigle léontocéphale Ushumgallu
l'hydre cornue Bashmû
le dragon Mushkhushu
le monstre Lakhamu / Lalimu aux longs cheveux.
le lion géant Ugallu
l'homme-lion Uridimmu (ou chien écumant et terrifiant).
l'homme Scorpion Girtablullu.
l'oiseau-tempète Umu-dabrûtu.
l'homme-poisson Kulili / Kulullu / Kubrillû.
le Kusariku (capricorne).
Il n'y avait aucune pitié en eux, ils ne reculent jamais dans la bataille, et obéissent aveuglément aux ordres.
Elle a créé ces onze monstres invincibles, ensuite parmi ses dieux travailleurs elle désigné Kingu qu'elle a élevé au rang de général de son armée.

Elle a exalté Kuingu et l'a constitué comme leur chef, pour prendre la tête de l'armée, pour diriger la troupe, pour mener les armée et déclencher l'attaque, prenant la direction suprême dans le combat.
Elle les remit entre ses mains quand elle le fit asseoir dans l'assemblée: "Moi j'ai prononcé l'exhortation en ta faveur, en t'exaltant devant l'assemblée des dieux. Tu est magnifique, tu es mon époux ! Que les Annunakis exaltent ton nom au-dessus de tous !"
Elle lui a donné les Tablettes du Destin et les afixé à son cou : " Quant à toi, ton commandement ne changera pas, la parole de ta bouche demeurera !"
Ainsi Kingu a reçu l'autorité alors qu'elle appartenait avant à Anu.
Quand son travail de création contre ses enfants a été fini,   Tiamat a commencé les préparations de la guerre.

Comment pourrons-nous la faire renoncer ? Je demande que les Igigis se réunissent en conseil et trouve une solution".
Quand Anshar a entendu comment la tempète de Tiamat se levait, il s'est frappé à l'aine, agité par la fièvre, sombre et angoissé au coeur, il a couvert sa bouche pour étouffer ses gémissements.
Enfin il a parlé, poussant Ea au combat :  "Vous avez tué Mummu, tué Apsu, mis à mort Kingu qui marcheait devant Tiamat.'

Le conseiller sagace des dieux, Nudimmud-Ea, a répondu à Anshar...
"Je rencontrerai Tiamat et calmerai son esprit, son coeur déborde mais elle entendra mes mots, et si je n'y arrive pas, peut-être  pourrez-vous apaiser ses eaux."
Nudimmud a pris la route courte, est allé la manière directe à Tiamat ; mais quand il a vu son armée entière, il a vu qu'il ne pourrait pas lui faire face, et il est revenu en se tapissant.

Alors Anshar a appelé son fils Anu : "Voila un vrai héro, un dieu fort. Va voir Tiamat, et calme son esprit ; son coeur déborde mais elle t'écoutera,. Mais si elle ne veut pas de la réconciliation, ma parole pourra peut-être apaiser ses eaux."
Anu a obéi aux ordres de son père, il a pris la route courte, est allé de manière directe à Tiamat ; mais quand il a vu son armée entière, il a vu qu'il ne pourrait pas lui faire face, et il est revenu en se tapissant vers son père Anshar.

Il a parlé comme s'il voyait toujours Tiamat, en face de lui : "Mes mains sont trop faible, je ne peut pas la conquérir."
Anshar resta muet ; il a regardé fixement la terre en se tenant les cheveux. Il a secoué sa tête; Ea, tous les Anunnakis, les serviteurs  des dieux, tous se taisaient . ls se sont assis avec la bouche fermée pour réfléchir,
"Quel autre dieu peut faire à guerre sur Tiamat ? Personne d'autre ne peut lui faire face ?"
Puis le seigneur, le père des dieux, Anshar s'est levé à ses pieds, majestueux, et a parlé aux Anunnakis : "Qui de nous est impétueux dans la bataille ? Le héros Marduk ! Lui seul est assez fort pour nous venger."

Marduk fut appelé par Ea dans un endroit secret. Ea ui a donné des conseils subtiles avec son esprit profond : "Vous êtes le cher fils qui chauffe mon coeur, Marduk. Quand vous verrez Anshar, allez directement à lui. Levez-vous quand vous parlerez, et quand il vous verra il se calmera."
Le seigneur Marduk a exulté, il est parti avec ses beaux vêtements voir Anshar. Quand Anshar l'a vu son coeur s'est gonflé de joie, il l'a embrassé sur les lèvres et a secoué son désespoir.
Marduk parla à Anshar : "J'accomplirai ce que vous désirez ardemment pour la plupart en votre coeur. Quel héros vous menace ? Seulement une femelle, seulement Tiamat. Vous verrez que je la briserai !"

Ashar a répondu :  "Mon fils, mon fils sage, l'orage est votre char, ils vous guidera vers Tiamat, et après en avoir fini avec elle, vous reviendrez".
Le seigneur Marduk a exulté, et a dit au père des dieux, : "Créateur des dieux qui décide des destins, si je dois être votre vengeur, défaisant Tiamat, sauvant vos vies, que l'Assemblée, me donne la priorité ; et quand vous vous réunirez pour voter les décrets, vous vous reposerez dans l'Ubshukinna ; maintenant et pour jamais laissez moi faire la loi. Ce sera moi et non plus vous, qui décidera de la nature du monde, et des choses pour venir. Mes décrets ne seront jamais changés, ne seront jamais annulés, mais ma création supportera les extrémités du monde."

Les mots se sont cassés entre les lèvres d'Anshar ; il a dit à son conseiller Kaka : "Vous êtes le conseiller en qui mon coeur trouve son bonheur, celui qui juge vraiment et persuade toujours ; allez à Lahmu et Lahamu, je vous envoie vers les sédiments primitifs, appellez ensemble tous les dieux. Laissez-les parler, laissez-les s'assoir pour se régaler ensembles, ils festoieront et boiront et alors ils confirmeront le destin de vengeur de Marduk ! Kaka, partez répéter ceci : Je suis envoyé ici par votre fils Anshar, je suis chargé de vous dire ses pensées secrètes. Elle nous déteste, notre mère Tiamat , elle fait rage dans la turbulence et ces dieux que vous avez engendrés l'ont rejointe. Ensemble ils se sont bousculés pour marcher avec Tiamat, tout le jour et la nuit , ils ont hurlé et grogné furieusement, prêt pour la bataille, tandis que la vieille sorcière, la première mère, enfantait une nouvelle couvée.
Elle a engendré d'énormes serpents aux crochets empoisonnés, pleins à craquer du venin, des dragons grondant portant une melannu (halo de lumière) comme des dieux. 
Celui qui voit ces êtres est certain de mourir car quand ils s'élancent, ils ne reviennent jamais en arrière.
Elle a fait le ver rouge géant et furieux (Mushmahhu).
l'aigle léontocéphale Ushumgallu
l'hydre cornue Bashmû
le dragon Mushkhushu
le monstre Lakhamu / Lalimu aux longs cheveux.
le lion géant Ugallu
l'homme-lion Uridimmu (ou chien écumant et terrifiant).
l'homme Scorpion Girtablullu.
l'oiseau-tempète Umu-dabrûtu.
l'homme-poisson Kulili / Kulullu / Kubrillû.
le Kusariku (capricorne).
Il n'y avait aucune pitié en eux, ils ne reculent jamais dans la bataille, et obéissent aveuglément aux ordres.
Elle a créé ces onze monstres invincibles, ensuite parmi ses dieux travailleurs elle désigné Kingu qu'elle a élevé au rang de général de son armée.

Elle a exalté Kuingu et l'a constitué comme leur chef, pour prendre la tête de l'armée, pour diriger la troupe, pour mener les armée et déclencher l'attaque, prenant la direction suprême dans le combat.
Elle les remit entre ses mains quand elle le fit asseoir dans l'assemblée: "Moi j'ai prononcé l'exhortation en ta faveur, en t'exaltant devant l'assemblée des dieux. Tu est magnifique, tu es mon époux ! Que les Annunakis exaltent ton nom au-dessus de tous !"
Elle lui a donné les Tablettes du Destin et les afixé à son cou : " Quant à toi, ton commandement ne changera pas, la parole de ta bouche demeurera !"
Ainsi Kingu a reçu l'autorité alors qu'elle appartenait avant à Anu.
Quand son travail de création contre ses enfants a été fini,   Tiamat a commencé les préparations de la guerre.

J'ai envoyé Anu mais il ne pouvait pas lui faire face, Nudimmud est revenu en arrière dans la terreur, puis Marduk, un dieu sage, un de votre lignée, a accepté d'aller rencontrer Tiamat, mais d'abord lil a dit ceci : "Créateur des dieux qui décide des destins, si je dois être votre vengeur, défaisant Tiamat, sauvant vos vies, que l'Assemblée, me donne la priorité ; et quand vous vous réunirez pour voter les décrets, vous vous reposerez dans l'Ubshukinna ; maintenant et pour jamais laissez moi faire la loi. Ce sera moi et non plus vous, qui décidera de la nature du monde, et des choses pour venir. Mes décrets ne seront jamais changés, ne seront jamais annulés, mais ma création supportera les extrémités du monde.
Confirmez donc le destin de Marduk , qu'il puisse rencontrer le grand adversaire au plus tôt."

kaka est descendu voir Lahmu et à Lahamu, se penchant il a embrassé les sédiments primitifs, et la terre à leurs pieds et livré le message aux vieux dieux : "J'ai été envoyé ici par votre fils Anu, je suis chargé de vous dire ses pensées secrètes. Elle nous déteste, notre mère Tiamat , elle fait rage dans la turbulence et ces dieux que vous avez engendrés l'ont rejointe. Ensemble ils se sont bousculés pour marcher avec Tiamat, tout le jour et la nuit , ils ont hurlé et grogné furieusement, prêt pour la bataille, tandis que la vieille sorcière, la première mère, enfantait une nouvelle couvée.
Elle a engendré d'énormes serpents aux crochets empoisonnés, pleins à craquer du venin, des dragons grondant portant une melannu (halo de lumière) comme des dieux. 
Celui qui voit ces êtres est certain de mourir car quand ils s'élancent, ils ne reviennent jamais en arrière.
Elle a fait le ver rouge géant et furieux (Mushmahhu).
l'aigle léontocéphale Ushumgallu
l'hydre cornue Bashmû
le dragon Mushkhushu
le monstre Lakhamu / Lalimu aux longs cheveux.
le lion géant Ugallu
l'homme-lion Uridimmu (ou chien écumant et terrifiant).
l'homme Scorpion Girtablullu.
l'oiseau-tempète Umu-dabrûtu.
l'homme-poisson Kulili / Kulullu / Kubrillû.
le Kusariku (capricorne).
Il n'y avait aucune pitié en eux, ils ne reculent jamais dans la bataille, et obéissent aveuglément aux ordres.
Elle a créé ces onze monstres invincibles, ensuite parmi ses dieux travailleurs elle désigné Kingu qu'elle a élevé au rang de général de son armée.

Elle a exalté Kuingu et l'a constitué comme leur chef, pour prendre la tête de l'armée, pour diriger la troupe, pour mener les armée et déclencher l'attaque, prenant la direction suprême dans le combat.
Elle les remit entre ses mains quand elle le fit asseoir dans l'assemblée:
"Moi j'ai prononcé l'exhortation en ta faveur, en t'exaltant devant l'assemblée des dieux. Tu est magnifique, tu es mon époux ! Que les Annunakis exaltent ton nom au-dessus de tous !"
Elle lui a donné les Tablettes du Destin et les afixé à son cou : " Quant à toi, ton commandement ne changera pas, la parole de ta bouche demeurera !"
Ainsi Kingu a reçu l'autorité alors qu'elle appartenait avant à Anu.
Quand son travail de création contre ses enfants a été fini,   Tiamat a commencé les préparations de la guerre.
J'ai envoyé Anu mais il ne pouvait pas lui faire face, Nudimmud est revenu en arrière dans la terreur, puis Marduk, un dieu sage, un de votre lignée, a accepté d'aller rencontrer Tiamat, mais d'abord lil a dit ceci : "Créateur des dieux qui décide des destins, si je dois être votre vengeur, défaisant Tiamat, sauvant vos vies, que l'Assemblée, me donne la priorité ; et quand vous vous réunirez pour voter les décrets, vous vous reposerez dans l'Ubshukinna ; maintenant et pour jamais laissez moi faire la loi. Ce sera moi et non plus vous, qui décidera de la nature du monde, et des choses pour venir. Mes décrets ne seront jamais changés, ne seront jamais annulés, mais ma création supportera les extrémités du monde.
Confirmez donc le destin de Marduk , qu'il puisse rencontrer le grand adversaire au plus tôt."

Quand Lahmu et Lahamu ont entendu ceci ils ont murmuré ensemble, les dieux ont gémi avec détresse : "Quelle décision étrange et terrible, Tiamat est trop puissante pour nous."
Alors ils se sont préparés au voyage, tous les dieux qui  déterminent la nature du monde et des choses venir sont venus à Anshar, l'Ubshukinna fut rempli.
Dans le Hall les voix héréditaires ont été entendues, les dieux se sont assis au banquet, ils ont mangé, ils ont bu. ils mangèrent le pain et prirent le vin, ils mouillèrent leurs coupes en buvant la douce liqueur. Quand il eurent bu la forte boisson, leurs corps se gonflèrent; ils commencèrent à crier, quand leur coeur s'exalta pour Marduk, leur vengeur, ils fixèrent le destin.
Et c'était l'état des dieux quand ils ont décidé du destin de Marduk.

Ils lui préparèrent un trône princier, en présence des ses pairs il s'assit dessus pour recevoir le gouvernement. ...
"...oh Marduk, tu es réellement notre vengeur ! Nous t'avons accordé la souveraineté sur tout l'univers. Quand tu t'assois dans l'assemblée, ta parole est suprême. Tes armes n'échoueront pas, elles écraseront tes ennemis ! ô seigneur, protège la vie de celui qui a confiance en toi; mais renverse la vie du dieu qui à conçu le mal !
Tu est plus grand que tous les grands dieux, ta renommée est plus juste, la parole de commandement, la parole du ciel, O Marduk,  plus grands que tous les grands dieux, l'honneur et la renommée, la volonté d'Anu, le grand commandeur, la parole inaltérée et éternelle! Là où il y a de l'action , tu es le premier à agir, la où il y a gouvernement , tu es le premier à régir ; pour élever les uns et abaisser les autres, tu es le cadeau des dieux, absolu de vérité, volonté illimitée. Marduk, notre vengeur. Nous vous avons appelé ici pour recevoir le sceptre, pour vous faire le roi de l'univers entier. Quand vous vous asseyez dans le synode vous êtes l'arbitre ; dans la bataille votre arme écrase l'ennemi. Seigneur, économisez la vie de tout dieu qui se tourne vers vous ; mais quant à celui qui a saisi le mal, de celui-là laissez la vie se répendre dehors."

Ils placèrent un vêtement au milieu d'eux et le plus âgé d'entre eux s'adressa à Marduk : "Seigneur, tu es le premier d'entre les dieux ! Décide de ruiner ou de créer parle et ce sera ainsi : ouvre la bouche et le vêtement disparaîtra; parle à nouveau et le vêtement reviendra intact !" En effet il parla et le vêtement disparut, il parla de nouveau et le vêtement revint éclatant. Quand les dieux, ses pairs, virent l'efficacité de sa parole, ils se réjouirent et lui rendirent hommage : "Marduk est roi! " Ils lui rendirent le sceptre, le trône et le "palu"; et il lui donnèrent l'arme incomparable qui repousse les ennemis : "Va et ôte la vie à Tiamat; que les vents emportent son sang aux extrémités secrètes du monde. !"
Ils l'habillèrent dans une robe longue de roi, le sceptre et le trône lui furent donnés, et les armes incomparables comme bouclier contre l'adversaire.
"Va et ôte la vie à Tiamat; que les vents emportent son sang aux extrémités secrètes du monde. !"
Les vieux dieux lui avaient assigné ce qu'il devrait faire, toujours conquêrir, réussissir toujours .

Puis Marduk fit un arc pour être sa propre arme, il a placé la flèche contre la corde, dans sa main droite.
Il fit un filet pour attraper Tiamat, contenant les quatre vents, ainsi aucune partie de Tiamat ne pourrait s'échapper.
Il leva la massue et mit sur son front l'éclair en même temps que son coeur se remplissait de feu.
Avec le filet, le cadeau d'Anu, tenu près de son côté, il s'en alla.
Il créa les ouragans et fit surgir la tourmente diluviale, tout en montant sur le char-tempête : Imhullu, le vent atroce, la tempête, le tourbillon, l'ouragan, le quadruple-vent et le septuple-vent, le vent le plus mauvais de tous. Chacun des sept vents a été créé et libéré. Abuba, son dernier grand allié, le signal pour l'assaut.
Il lui attela le quadrige d'orage au nom de terreur , son chariot terrible, rênes accrochées au côté, et a attelé l'équipe épouvantable, dents pointues et empoisonnées, le tueur, le sans pitié, rapidité, il connaissait tous les arts de la guerre.
Sur sa droite était le meurtrier, le meilleur dans le mêlée ; sur sa  gauche la Bataille-fureur qui souffle, le plus courageux, enroulé dans une armure, une terreur de saut, une auréole horrible ; les mots magiques entre les lèvres.

Comme la foudre il fila vers Tiamat. Celle-ci tenait entre ses mains une plante qui expulsait du venin, mais le seigneur s'approcha pour scruter son armée et percevoir les intentions des Anunnaki et de Kingu.
Il observe et ralenti devant Kingu l'époux de Tiamat. Et Kingu le voit et il hésite, et ses dieux compagnons ont leurs yeux soudainement brouillés quand ils voient le héros courageux.
Mais Tiamat, sans tourner son cou, hurle, lance des défis et crache de ses lèvres amères : "Es-tu si important pour t'élever au dessus de moi comme dieu suprême ?"
Alors le seigneur a soulevé l'ouragan, la grande arme, et il a jeté  ses mots : "Pourquoi vous gonflez-vous de fierté de sorte que les fils rejettent leurs pères ? Mère de tous, pourquoi avez-vous enfanté la guerre ? Vous vous êtes hautement exaltée et avez élevé Kingu à un pouvoir illégitime. Vous lui avez donné le grade qui revenait à Anu. Vous avez maltraité les dieux mes ancêtres, vous menacez Anshar, le roi de tous les dieux. Vous avez rassemblé des forces pour la bataille, disposés les attirails de guerre. Levez-vous seule et combattons-nous, vous et moi, en combat singulier."

Quand Tiamat l'a entendu, elle a perdu ses esprits, elle a été comme possédée et a poussé des cris perçants à haute voix, ses jambes se sont agitées, elle a prononcé des maledictions, alors que les dieux de la guerre affiutaient leurs armes.
Alors ils se sont rejoints : Marduk, le plus intelligent des dieux, et Tiamat, seuls dans un combat singulier.
Alors la terrible Tiamat ouvrit son énorme bouche. et le seigneur lança son filet.
Le seigneur a tiré son filet pour empêtrer Tiamat, et le vent Imhullu, est venu par derrière battre dans son visage. Quand elle a ouvert sa bouche pour l'engloutir, il a poussé le vent Imhullu dedans, de sorte que la bouche ne puisse plus se fermer. Et maintenant il tiré une flèche dans son ventre, qui perce l'intestin et coupe l'utérus.

Maintenant que le seigneur avait vaincu Tiamat, qu'il avait pris sa vie, il a jeté sa carcasse ; le chef a été tué, Tiamat était morte, brisée, sa bande dispersée.
Ces dieux qui avaient marché près d'elle tremblent dans la terreur, et pour sauver leurs propres vies, ils ont tourné le dos au danger mais ils ont été entourés, tenu en cercle serré, et il n'y avait aucune sortie.
Il a cassé leurs armes et les a jetées en l'air dans le filet ; ils se sont trouvés à l'intérieur du piège, ils ont pleuré et se sont cachés dans les coins devant la colère du dieu.
Quand ils ont voulu ésister, il a mis dans les chaînes les onze monstres, la couvée de Tiamat, et tout leur armement meurtrier.  La bande démoniaque qui a marché devant elle il les a piétiné dans la terre ; Et Kingu l'usurpateur, leur chef : Il a pris les Tables du destin et a usurpé son rang.

L'arrogant Qingu fut dépouillé des Tablettes du Destin, qui ne lui appartenaient pas, et il fut également incarcéré avec les Anunnaki. Ainsi, les onze créature que Tiamat avait crées furent changées en statues pour que jamais ne soit oublié le triomphe de Marduk.Il les donna à son père Ea pour orner les jardins de son temple !
L'adversaire était vaincu, l'ennemi hautain était humilié ; quand le triomphe d'Anshar a été accompli sur l'ennemi, et la volonté de Nudimmud accomplie, le courageux Marduk a serré les cordes  des prisonniers.
Après avoir scellé et fixé les Tablettes du Destin à sa poitrine, le seigneur revint sur le corps de Tiamat. Impitoyablement, il lui écrasa le crâne avec la massue, il coupa les artères et le sang a coulé sur le vent du nord aux extrémités inconnues du monde.
Quand les dieux ont vu tout ceci ils ont ri bien fort, et ils lui ont envoyé des présents. Ils lui ont envoyé leurs hommages reconnaissants.

Le seigneur s'est reposé ; il a regardé fixement le corps énorme, considérant comment l'employer, que créer de la carcasse morte. 
C'est ainsi qu'il coupa longitudinalement le cadavre comme si c'était un poisson, avec la moitié supérieure il a construit l'arche du ciel. Là il plaça un gardien pour qu'il interdise la sortie des eaux. Ensuite, en traversant les espaces il inspecta toutes les régions et, mesurant l'abîme, cet apsu construit par Nudimmud, il établit sa demeure sur lui. Il créa ainsi les cieux et la terre et établit leurs limites. Alors il construisit des maisons pour les dieux en illuminant avec des étoiles.

Il a étiré l'immensité du firmament, il a fait Esharra, le grand palais, pour être son image terrestre. Et Anu, Enlil et Ea ont eu chacun leurs stations célestes : il leurs a réservé des lieux dans le ciel, il leurs a donné des étoiles comme constellations. Il a mesuré  l'année, lui a donné un commencement et une fin, et à chacun des 12 mois trois étoiles se levant.
Quand il eu marqué les limites de l'année, il installé Nebiru, l'axe de l'univers.

Sur les côtés, il renforça les verrous à droite et à gauche, en plaçant entre les deux le zénith. Il attribua à Samash la participation du jour et de la nuit et il plaça la brillante étoile de son arc à la vue de tous. Il chargea Nebiru de la divisions en deux sections célestes au nord et au sud. Au milieu de l'obscurité, il confia à Sin le soin d'illuminer, ordonnant ainsi les jours et les nuits.

"Chaque mois, sans cesse, tu lui donnera la forme d'une couronne. Au début du mois pour rayonner sur le pays, tu montreras tes cornes pour déterminer six jours; au septième jour tu sera un moitié de couronne. Au quatorzième jour tu te mettras face au soleil. Au milieu du mois, quand le soleil t'atteint à la base des cieux, il diminue ta couronne et fait décroître la lumière. Et en disparaissant tu t'approche de la course du soleil. Au vingt-neuvième jour tu te mettras de nouveau en opposition au soleil".

Ensuite, revenant vers Tiamat, il lui prit sa salive et forma avec elle les nuages. Avec sa tête il produisit les montagnes et fit couler le Tigre de l'Euphrate de ses yeux. Finalement, avec ses seins il créa les grandes montagnes et perça des sources pour que les puits donnent de l'eau.

Enfin, Marduk solidifia le sol en élevant sa luxueuse demeure et son temple, les offrant aux dieux pour qu'ils y logent lorsqu'ils assistent aux assemblées dans lesquelles ils doivent fixer les destins du monde. Par conséquent, il nomma constructions "Babylone" qui veut dire "la maison des grands dieux" (Bab-Ilu).

En terminant son oeuvre, le Seigneur fut exalté par le dieux, alors en signe de reconnaissance il leur dit: "Je vais pétrir mon sang et former des os. Je vais susciter un homme... qui se chargera du cultes des dieux, pour que ceux-ci puisse être tout à leur aise! Moi j'ai transformé astucieusement les chemins des dieux. Bien que révérés de la même façon, ils se divisèrent en deux groupes."

Ea lui répondit, en lui adressant la parole pour lui exposer un plan qui calmerait les dieux :" Qu'un de leurs frères soit livré, lui seul périra pour que l'humanité puisse être modelée. Que les grands dieux soient ici dans l'assemblée, que le coupable soit livré pour qu'ils puissent eux rester."

Marduk fit amener les Anunnaki captifs et leur demanda, sous serment d'approcher le coupable de l'insurrection en promettant la vie sauve à ceux qui déclareront la vérité. Alors les dieux accusèrent Qingu.

"C"est Quingu qui a projeté l'insurrection et a rendu Tiamat rebelle et c'est lui qui a livré bataille." Ils l'attachèrent, en le fixant devant Ea. Ils lui demandèrent de rendre compte de sa culpabilité et ils séparèrent son sang. Avec son sang ils modelèrent l'humanité. Ea obligé d'accepter, redonna leur liberté aux dieux. Ensuite Ea, le sage, créa l'humanité; il lui imposa le service envers les dieux. Cette oeuvre fut incompréhensible.

(L’assemblée ayant donné son approbation, NINTU, la Dame de la Naissance, mélangea l’argile au sang du dieu mis à mort. )

Et ainsi le Seigneur rendit leur liberté aux dieux et les divisa en trois centaines en haut et trois centaines en bas, en les constituant en tant que gardien du monde. Reconnaissants, les Anunnaki édifièrent un sanctuaire et ils élevèrent le sommet de l'esagil, et après avoir une tour à degrés ils établirent en elle une nouvelle demeure pour Marduk.

Quand les grands dieux se furent réunis ils exaltèrent le destin de Marduk et s'inclinèrent, tout en prononçant entre eux une malédiction, jurant par l'eau et l'huile de mettre la vie en danger.

"...que les têtes noires" attendent leurs dieux. Quant à nous, bien qu'on puisse l'appeler de nombreux noms; il est notre dieux ! Nous proclamons donc ses cinquante noms."

Et les étoiles brillèrent et tous les êtres crées par les dieux se réjouirent. L'humanité se reconnaissait également dans le Seigneur. Pour cela, qu'il y ait mémoire de tout ce qui est arrivé. Que les fils apprennent cet enseignement de leurs pères. Que les savants scrutent le sens du chant de Marduk qui vainquit Tiamat et parvint à régne.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Aisha Nout à 10:10 - Cosmogonie - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • C'est une très belle traduction de l'Enuma Elish dont j'aimerais également connaître l'auteur.
    Par ailleurs je désirerais pouvoir la reproduire sur mon site avec l'autorisation de la personne qui a eu la patience de la retaper ici et les références de l'ouvrage où elle l'a trouvée. Mon e-mail : lysiannesite@yahoo.fr

    Posté par Melmothia, 08-12-08 à 13:46
  • Merci pour la traduction de l'Enuma Elish.

    Posté par enki84, 05-04-10 à 21:09
  • Quelle est l'origine du texte ?

    Bonjour,

    Ce texte est très intéressant. Il daterait de -1100 avec JC. Il montre comment les akkadiens récupérèrent les mythes sumériens à leur propre fin : donner une légitimité à leur roi Marduk. Les passages concernant ce roi (des dieux) sont donc plus récents que les autres.

    Par contre, vous ne donnez pas les références de votre traduction : qui en est l'auteur ? quel est le livre ? la page ? l'éditeur ? la date ?

    Merci d'avance !

    Posté par Neimad, 13-09-07 à 22:53

Poster un commentaire